Films

Les funérailles de Bush ont présenté une rangée maladroite de présidents

Après le décès du président George H.W. Bush, le 41e commandant en chef des États-Unis, les présidents encore en vie ont assisté à ses funérailles… et l'affaire s'est révélée délicate.

Le mercredi 5 décembre 2018, les présidents en vie et leurs épouses ont assisté aux funérailles de Bush à la cathédrale nationale de Washington, DC, à l'exception de George H.W. Le fils aîné de Bush, l'ancien président George W. Bush, et son épouse, Laura Bush, qui étaient assis de l'autre côté de l'allée, tous les présidents étaient assis dans un banc avec les anciennes premières dames, comme indiqué par le BBC. C'est vrai - le président Donald Trump, Melania Trump, le président Barack Obama, Michelle Obama, le président Bill Clinton, l'ancienne secrétaire d'État et Hillary Clinton, candidate à la présidentielle 2016, le président Jimmy Carter et Rosalyn Carter se sont tous entassés ensemble au premier rang de la cathédrale. .

AOL A noté que Trump, en partant de ces moments difficiles, n'a pas tendu la main à Bill ou Hillary Clinton, bien que Melania ait apparemment serré la main de Bill alors que son mari donnait son manteau à une escorte militaire.

Mais peut-être que ce qui était le plus embarrassant dans la rencontre de Trump avec les anciens présidents et premières dames américaines n'était pas ses actions - ou plutôt son absence. C’est en fait son passé d’intimidation sur ces hauts fonctionnaires qui a servi d’éléphant dans la salle.

En tant que journaliste politique principal pour Le Washington Postde Le correctif Aaron Blake tweeté À propos de la situation, Trump avait précédemment affirmé que Barack Obama "était illégitime", que Bill Clinton avait "agressé des femmes", qu'Hillary Clinton "devrait être en prison" et que Jimmy Carter était "le pire" président des États-Unis. après Obama. Et bien, ce n’est pas comme si Trump gardait ces pensées pour lui. Ainsi, les Obama, les Clinton et les Carters sont probablement totalement au courant de tout ce que Trump a dit - ou plus exactement, tweeté - à leur sujet.

Michelle Obama, par exemple, a parlé du comportement passé de Trump. Dans ses mémoires, Devenir, elle a écrit qu'elle "ne pardonnerait jamais" à Trump pour sa participation au "birther movement" en 2011, au cours de laquelle il avait demandé à son mari de prouver qu'il était américain en montrant son acte de naissance.

"Et si quelqu'un avec un esprit instable chargeait une arme à feu et se rendait à Washington? Et si cette personne partait à la recherche de nos filles?" elle a écrit, abordant les conséquences dévastatrices potentielles des actions de Trump (via ABC Nouvelles). "Donald Trump, avec ses insinuations bruyantes et téméraires, mettait en danger la sécurité de ma famille. Et pour cela, je ne lui pardonnerais jamais."

Pourtant, Michelle Obama a poliment serré la main de Trump pendant George H.W. L'enterrement de Bush, bien qu'elle l'ait fait avec "les sourcils levés", selon Personnes. Son mari a également serré la main de Trump. Comme noté par PersonnesCe moment marquait la première fois que Barack et Michelle Obama avaient des relations publiques avec Trump depuis son investiture présidentielle.

Remarquant le dialogue plutôt discret entre Trump et les anciens présidents et premières dames, le commentateur politique Michael Steele tweeté"Lorsque Trump est arrivé, tous les autres ont cessé de parler et ont regardé devant eux. Seuls les Obama ont eu la chance de lui serrer la main et si le visage de Michelle Obama était une indication… eh bien, disons simplement que ce n'était pas la meilleure partie de sa journée. "

le BBCJon Sopel c'est noté du pew présidentiel, "le langage du corps semble aussi froid que le temps glacial à l'extérieur." Effectivement, Le Washington Post a noté que ni les Clinton ni les Carters n’étaient en contact visuel avec Donald Trump, bien que Hillary Clinton ait apparemment fait un signe de tête à Melania.

Fait intéressant, le président George H.W. Bush, qui avait voté pour la démocrate Hillary Clinton lors de l'élection présidentielle de 2016 et qui n'avait notamment pas assisté à l'investiture présidentielle de Donald Trump pour des raisons de santé, aurait voulu que Trump assiste à ses obsèques, selon le journal. BBC.

Tel que rapporté par Le Washington Post, si le président Bush - décédé le vendredi 30 novembre 2018 à l'âge de 94 ans - avait déclaré qu'il ne voulait pas de Trump lors de ses funérailles, Trump aurait peut-être profité de l'occasion pour critiquer la famille Bush.

Au lieu de cela, Bush a essentiellement "mis la dignité du bureau et, par extension, la dignité de la nation, avant tout" en souhaitant que Trump soit présent. Le journal a expliqué que "toute chance de faire preuve d'honneur et de décorum constituerait un contraste bienvenu avec ce moment politique divisé".

Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker