La soirée de 44 points de D’Angelo Russell a montré une couche différente de son jeu.

D’Angelo Russell a marqué un sommet en carrière de 44 points dans la victoire massive de Brooklyn sur les 28 points remportés par Sacramento mardi soir. Il a orchestré à la fois la plus grande victoire des Nets et le quatrième quart le plus performant de l’histoire de la franchise. Ce sont deux énormes réalisations en elles-mêmes.

Mais notamment pour Russell, 16 de ses 44 points ont été obtenus lors de tentatives de passes à moins de six pieds de la jante. S’il ya des recettes à tirer de sa soirée en carrière, c’est qu’il peut briser une défense et se faire tirer à fond, plutôt que d’être un simple tireur.


C’est un exploit, car Russell n’a pas fait grand chose cette saison. Brooklyn’s All-Star n’a inscrit que 116 buts de cinq pieds ou moins par an. Cela le classe plus bas que les gardes qui jouent beaucoup moins de minutes et de rôles moins nombreux, comme Allonzo Trier à New York, John Wall à Washington – qui n’a plus joué depuis le lendemain de Noël – Dwyane Wade, 37 ans, et Jordan Clarkson à Cleveland.

Au total, il y a 44 gardes avec plus de buts marqués à cinq pieds ou moins de Russell. Deux de ses gardes sont ses coéquipiers: Spencer Dinwiddie et Joe Harris.

La défense de Sacramento a aidé Russell à le faire. Ils accordent environ 52 points à la peinture par match, le deuxième plus grand total de la ligue derrière Phoenix. Cela signifie que vous, le lecteur, pourriez probablement vous mettre en lace et obtenir un tapis pour les Kings demain soir.

Mais les points dans la peinture, pour les gardes, signifient autre chose. Cela signifie que la garde a réussi à casser la défense.


Russell n'a jamais été connu pour être un garde d'attaque en descente. Il a compensé cela en frappant 3 secondes à un rythme alarmant. Contre Sacramento, il a décroché son 202ème triplé de l'année, le plus grand nombre de l'histoire d'une seule saison des Nets. Plus tôt cette saison, il est devenu le plus jeune joueur à atteindre le nombre de 500 trios, un record qui s’est maintenu jusqu’à ce que Devin Booker l’ait attrapé début mars.

Brooklyn complète les compétences de Russell avec de meilleurs pénétrateurs. Dinwiddie est un attaquant de jante implacable qui a la rapidité de se faire prendre par son homme sur un coup de tête. Caris LeVert a cassé les défenses à sa guise avant de se blesser à la jambe plus tôt dans la saison. D'une certaine manière, Harris est devenu l'un des meilleurs finisseurs de la NBA en raison de la menace de son cavalier.

Russell n'a jamais montré ce genre de capacité pour se rendre au rack à volonté. En partie, c’est parce qu’il n’a pas besoin d’être là, mais qu’il n’est pas le gardien le plus rapide de la NBA. La vitesse du pied de Russell n’est certainement pas comparable à celle de De’Aaron Fox, Dennis Schroder ou Russell Westbrook. Ce n’est tout simplement pas dans son ADN, et cela l’empêche de contourner certains des défenseurs les plus collants de la ligue.

Mais ce n’était pas le cas lors du retour de Brooklyn contre Sacramento. Russell est connu pour avoir de la glace dans les veines lorsque le match est en jeu, et il a tendance à geler la défense en renversant trois joueurs contre lesquels il ne s’attend toujours pas à ce qu’il tire. Maintenant, il montre qu’il peut geler les défenseurs et atteindre le bord aussi.


Si cela fait partie du jeu de Russell que la ligue n’a pas encore vu, c’est une couche supplémentaire pour un jeune joueur qui devient de plus en plus dangereux d’ici la semaine.

Tags

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Close
Close