La gaffe de Simon Kjaer était la pure et pure bêtise de la Ligue Europa que nous adorons

Bonjour et bienvenue dans Tactically Naive, la chronique de football hebdomadaire de SB Nation. L’épisode de cette semaine vous est présenté par la Campagne internationale pour l’abolition des fuseaux horaires. Choses stupides. Obtenez-les parti.

Buster Kjaerton

Le football européen a un sale secret qui se cache à la vue. La Ligue des champions est peut-être la compétition la plus bruyante et la plus grosse, et celle qui a le plus d’argent et toute la Gazprom. Et la Champions League est en général plutôt bonne.

Mais pour le vraiment bonnes choses, la plus pure bêtise de football, rien que la Ligue Europa fera l'affaire.

TN a déjà abordé la plupart des raisonnements, alors résumons-le rapidement: le nom est meilleur, les jeudis sont beaucoup plus pratiques pour tout le monde, il contient des tas d’équipes que vous ne voyez pas très souvent, et les Le trophée ressemble à une dent arrachée à un être extra-dimensionnel. Et, le plus important, parfois, les jeux sont complètement bananes.

Considérez l’élimination de Séville par Slavia Prague. La première étape s'est terminée 2-2. La deuxième étape s'est terminée 2-2. Puis, avec une minute de prolongation, le score était de 3-3, et Séville inscrivait un but à l'extérieur.

Ensuite, Simon Kjaer, un homme généralement compétent, est tombé.

Eh bien, ce n’est pas tout à fait juste. Kjaer n’a pas juste tomber sur. Il s’est d’abord mis dans la bonne position pour faire exactement ce qui est juste. Alors que la mêlée de buts se déroulait, il se retrouva sur la ligne de tir, prêt pour le tir. Prêt à couvrir son gardien. Prêt à être le héros. Et puis il est tombé.

Eh bien, ce n’est pas tout à fait vrai. Il n'a pas simplement tomber plus de. Au lieu de cela, il a demandé à son corps de faire le dégagement et son corps lui a dit poliment de le faire. Alors il frissonna. Il a trébuché. Il dansait. Il finit par ressembler un peu à Bambi, si Bambi portait des chaussures trois fois plus larges, mal aux pieds, les yeux bandés. Et ivre. Jouer à QWOP.

Drôle en soi, bien sûr. Mais TN a une théorie que ces choses sont plus drôles parce que ils se produisent en Europa League. Cette étrange compétition de second choix, cet après-coup, ce jeudi soir.

Laissant de côté les fans des équipes impliquées, personne ne sait vraiment à quel point c'est important. Et ainsi personne ne sait à quel point ils devraient s'en soucier. La compétition flotte dans un état limbo, dégagée de la poudre. Ici, la farce est à son plus léger. Un homme qui tombe est juste un homme qui tombe. Parfait et entier et isolé. Et belle.

Que diable se passe-t-il?

Théorie alternative: l’effondrement de Kjaer fait partie d’un schéma plus large. Des choses étranges se passent. Comme ça:

Puis c'est arrivé encore:

Et il y avait aussi ceci:

Et, mieux encore, ceci:

Devrions-nous être inquiets? Une ou deux de ces personnes en une semaine pourraient facilement être considérées comme de la bonne humeur, mais cela ressemble à une concentration inhabituellement élevée de bêtises.

C'est un thème récurrent dans diverses cultures, religions et sociétés: à l'approche de la fin des temps, les règles d'existence habituelles s'effondrent. Des choses étranges se produisent. Les oiseaux volent en arrière. Les mers bouillonnent et les cieux se voilent. Des sons de trompettes étranges sortent de nulle part, ce qui pourrait expliquer le dernier clip.

Peut-être que ça se passe enfin. Nous sommes peut-être enfin arrivés à un tournant: la fin du football. Tant de choses sont jouées, toutes diffusées et tant d’opinions générées. Tant d'attention, à la fois demandée et donnée. Tellement de temps passé. Des problèmes commencent à apparaître. Les coutures commencent à montrer. Comment sommes-nous censés continuer à faire cela sans que quelque chose ne se casse?

Oh, accrochez-vous, c’est la pause internationale du week-end prochain. Ça va trier. Phew.

La magie de la coupe: en attente

Quelque chose de drôle se passe en Angleterre. Les demi-finales de la FA Cup comptent quatre équipes, ce qui est au moins normal, et trois d’entre elles seraient des gagnants intéressants.

Le plus ennuyeux est Manchester City, qui avait besoin d’une certaine stupidité démodée du corps dirigeant pour dépasser Swansea City. Apparemment, il vaut mieux ne pas installer VAR dans un stade de championnat prêt pour VAR car d’autres stades du Championnat, à d’autres périodes, n’ont pas pu utiliser VAR.

Cette décision déconcertante n’a pas été réexaminée et City en a pleinement profité, réalisant un retour de trois buts avec une pénalité douce et un but hors-jeu.

Mais ne nous concentrons pas sur City. Louons plutôt Wolves, Watford et Brighton & Hove Albion, qui ont remporté cette compétition pour la dernière fois en (respectivement) 1960, jamais et jamais. Aussi étrange que cela puisse paraître, Brighton et Watford ont perdu deux finales consécutives en 1983 et 1984.

Louons particulièrement les Wolves, qui ont emmené Manchester United devant un délirant Molineux. Entrer tout à coup dans un énorme tas d’argent est une chose; l'utiliser correctement tout à fait une autre. Mais les loups ont agi de manière décente et ont construit un camp qui est, si ce qu’il en est, les défenseurs vitrés des défenseurs de United, un peu plus que terrifiant.

Solide en défense, rapide et imaginatif à la pause, soutenu par une foule en émeute qui vit clairement le temps de sa vie. On dirait que les loups ont été construits spécialement pour une course de coupe, pour donner l’air idiot aux grosses équipes et pour tirer un peu plus de magie du plus vieux pot d’argent de tous. Ca va être vraiment énervant quand Watford les groupera en demi-finale.

Tags

Leave a Reply

Your e-mail address will not be published. Required fields are marked *

Close
Close