Divertissement

La chose la plus inquiétante à propos des raids vikings

Selon The Postgrad Chronicles, il existe de nombreuses connaissances sur les méthodes de torture vikings qui tranchent entre réalité et fiction. Il est difficile de savoir à quel point certains écrits contemporains sur les Vikings sont fictifs, mais les légendes témoignent de la créativité avec laquelle ils semblent avoir été créatifs au moment de torturer ceux qui les ont croisés.

Il y a d'abord l'aigle sanglant. Cela a été décrit comme le destin de plusieurs Vikings, mais son ampleur - et en fait, si elle l’a jamais été - reste à débattre. Il s’agit de découper la forme d’un aigle dans le dos de la victime, puis de couper les côtes de la colonne vertébrale et d’extraire les poumons pour qu’ils ressemblent à des ailes d’aigle.

Il existe également une autre méthode de torture transformée en exécution décrite dans la saga Njals. Après la bataille de Clontarf, Ulf Hraeda aurait apparemment infligé des souffrances indignes à un compatriote viking du nom de Brodir en représailles du meurtre de Brian Boru. Ulf, dit-on, coupa un morceau de Brodir, en sortit un intestin, puis lui ordonna de se promener dans un arbre, tirant le reste de ses entrailles pendant qu'il marchait. Fictif? J'espère.

Mais une troisième méthode de torture - à laquelle les victimes ont survécu - semble bien réelle. Il s'agissait de percer des trous dans les chevilles des victimes derrière leurs tendons d'Achille, puis de passer des cordes dans les trous et de les ficeler à l'envers. La mort n'a pas l'air si mauvaise, n'est-ce pas?

Tags

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Close
Close