Comment devrions-nous maintenant évaluer les joueurs de ligne offensifs de la NFL rédigés en 2016

En tant qu’expert résident en ligne offensive chez SB Nation, je vais explorer le draft de la NFL de 2016 sous cet angle. Nous aimons les notes immédiates après les premier, deuxième et troisième jours, mais ce sont des réactions instinctives basées sur le potentiel, l’équipe et le sentiment personnel du joueur. Faire cet exercice après trois saisons complètes dans la NFL est le bon moment pour revoir un brouillon.

Alors jetons un regard en arrière sur les joueurs de ligne offensifs qui ont été choisis cette année-là et évaluons ce qui a bien fonctionné, ce qui a mal fonctionné et quelle tendance nous devons surveiller à l’avenir.

La plupart des équipes – mais pas toutes – y sont allées au premier tour

Le projet de 2016 a commencé avec un bang. Juste avant le début du premier tour, le plaqueur offensif Ole Miss et Laremy Tunsil, présumé faire partie des cinq premiers choix, ont été sabotés. Une vidéo de lui montrant de fumer de l'herbe alors qu'il portait un masque à gaz géant. Je ne pense pas que le fait de fumer soit la cause du tumulte mais bien l’appareil qu’il utilisait. Quoi qu'il en soit, cela a effrayé les équipes. Tunsil est tombé du tableau et Ronnie Stanley en a profité.

Stanley a été repêché en sixième position par les Corbeaux. Il s'améliore chaque saison et il est en passe de devenir un haras. À titre de référence, Pro Football Focus l'a classé 17e meilleur OT en football la saison dernière.

Jack Conklin, du Michigan State, se classait 8e aux Titans. Conklin est sorti rapidement de la grille, remportant les honneurs de la première équipe All-Pro en tant que recrue. Depuis lors, il n’est plus le même joueur, les blessures en étant la principale raison. À la fin de la saison 2017, lors du match éliminatoire des Titans contre les Patriots, il a déchiré son ACL. Il a raté le début de la saison 2018 en réadaptant sa blessure, puis a raté plus de temps en raison d'une commotion cérébrale et d'une blessure au genou. Les Titans ont décliné son option de cinquième année. Alors, avec une saison sans blessure en 2019, Conklin pourrait bien gagner un gros salaire.

Après le glissement du top 10, les Dolphins ont emporté Tunsil au 13e rang. Tunsil a été le meilleur joueur de ligne du repêchage jusqu'à présent et il a été à la hauteur de sa réputation de choix parmi les cinq premiers. Les dauphins ont eu un vol et ils ont bien sûr choisi son option de cinquième année.

Trois choix plus tard, les Lions ont rédigé Taylor Decker. Il a commencé les 16 matchs de sa saison recrue et s’est amélioré continuellement tout au long de cette saison. Decker a raté la moitié de 2017 alors qu'il se remettait d'une opération à l'épaule puis a bien joué la saison dernière. Comme Stanley, il est en passe de devenir un plaqueur offensif d’élite. Les Lions ont choisi son option de cinquième année, ce qui était une évidence pour eux.

Ensuite, les Colts ont choisi le centre Ryan Kelly en Alabama. Il a été l’épine dorsale de leur jeune ligne offensive, physique et améliorée. C’est exactement ce qu’ils attendaient de lui et ce sera leur centre pendant une décennie.

Pour compléter le premier tour, les 49ers ont repêché Joshua Garnett, qui a surtout été décevant et qui ne part pas pour les Niners. Dans la même division, les Seahawks ont rédigé Germain Ifedi. Il s’est amélioré la saison dernière mais même dans ce cas, il n’a pas tout concocté.

Ifedi est un exemple de joueur de ligne offensive à fort potentiel qui n’a tout simplement pas assez de temps pour s’entraîner. Il a été précipité dans le jeu et c’est un combat difficile. L’option de sa cinquième année n’a pas été retenue et s’il joue de manière décente cette saison, on lui versera beaucoup d’argent d’ici à 2020. Au final, Ifedi pourrait bien se marrer.

Les corbeaux, les dauphins, les lions et les poulains obtiennent des notes de passage de moi. Les trois premiers ont retrouvé leur jeu gauche et les Colts ont leur centre de franchise. Toutes ces équipes ont répondu à un besoin sans recruter ces joueurs trop haut.

Les 49ers ont échoué sur Garnett et les Seahawks se sont dirigés vers Ifedi. Mais lorsque l’on examine les autres options possibles pour les Seahawks, il n’y en avait pas beaucoup dans le projet. Je peux comprendre qu'ils prennent une chance sur l'Ifedi. Donc, même si j’ai noté cela comme un C pour les Seahawks, je ne pense pas que ce soit aussi grave que certains voudraient le faire.

Il n’ya pas eu autant de profondeur des OL dans les derniers tours.

Il peut être «facile» de choisir un brouillon au premier tour, plutôt que de trouver des vols plus tard dans le brouillon.

Après le premier tour, le projet de 2016 a généré quelques entrées, y compris quelques étoiles, aux deuxième et troisième tours. Nous avons Nick Martin des Texans (deuxième tour, choix n ° 50), le polyvalent Cody Whitehair des Bears (deuxième tour, choix n ° 56), Joe Thuney des Patriots (troisième tour, choix n ° 78), les Eagles 'Isaac Seumalo (troisième tour, choix n ° 79) et Graham Lions' (troisième tour, choix, n ° 95).

Bien qu'aucun de ces gars n'ait été à la maison, il y avait des monteurs de ligne de qualité sélectionnés plus tard dans cette ébauche. Austin Blythe, un choix de septième tour pour les Colts, est maintenant un partant pour les Rams à la garde droite. Connor McGovern se dirigera vers le centre des Broncos cette saison, et il n’est pas le seul joueur de cinquième ronde à avoir été promu. Brandon Shell est le partant à droite des Jets, Joe Haeg a commencé les jeux à deux chiffres pour les Colts et apportera de la profondeur, et Caleb Benenoch a amorcé les 16 matchs à la garde droite des Bucs la saison dernière.

Il a été plus difficile d’atteindre ces joyaux de l’OL après le troisième tour, ce qui est une tendance malheureuse de ces dernières années. Les derniers repêchages de joueurs de ligne exceptionnels après le troisième tour datent de 2013 et 2014. En 2013, David Bakhtiari (quatrième tour, Packers), JC Tretter (quatrième tour, Packers), Ricky Wagner (cinquième tour, Ravens) et Ryan Jensen (sixième tour, Ravens).

2014 nous a également donné quatre étoiles après le troisième tour (Corey Linsley, Matt Paradis, Laurent Duvernay-Tardif, Charles Leno), mais il n'y en avait que deux en 2015 (Daryl Williams, Shaq Mason).

En résumé, le brouillon de la NFL de 2016 présentait ce qui était attendu au début du brouillon. Comme d'habitude, nous avons quelques joueurs de ligne d'élite – Stanley, Tunsil, Decker et Kelly – puis quelques ratés. La partie supérieure au milieu du projet a donné les diamants bruts.

Au bas du projet, je ne vois aucun monteur de ligne supérieur à la moyenne dans les dernières manches, contrairement aux années précédentes. Serait-ce un produit du manque de développement du groupe de positions au collège et dans la NFL? C’est une tendance à surveiller lorsque nous commençons à évaluer les projets de 2017, 2018 et 2019 à l’avenir.

Tags

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Close
Close